Arrondir  vos revenus, les solutions naturelles ..

Independant documents administratifs

Indépendants : protégez-vous des aléas de la vie avec la protection sociale

Les travailleurs indépendants ont l'avantage de ne dépendre de personne dans le monde professionnel. Cet avantage se transforme en désavantage dès que l'on parle de protection sociale. En effet, en cotisant au RSI et n'ayant pas accès à une éventuelle assurance employeur, les indépendants ne peuvent bénéficier des mêmes avantages que les salariés.

Des inégalités toujours plus fortes

Entre salariés et Travailleurs Non Salariés (TNS), les régimes d’affiliations ne sont pas les mêmes et les organismes qui s’occupent de la prévoyance diffèrent. Les salariés cotisent au Régime Général (RG), ce qui leur assure une protection sociale convenable. Les indépendants cotisent au Régime Social des Indépendants (RSI), qui propose une protection sociale de base très insuffisante.

 

Face aux nouveaux contrats groupes obligatoires permettant à tous les salariés du secteur privé de bénéficier d’une complémentaire santé financée à hauteur de 50% par l’employeur, les indépendants conservent la charge de souscrire eux-mêmes et sans financement externe à une complémentaire santé individuelle. Bien sûr, en souscrivant seul à une complémentaire santé on ne peut bénéficier des tarifs de groupe souvent bien plus attractifs. C’est pourquoi bon nombre de TNS font l’impasse sur une telle couverture jugée trop cher...

 

De la même manière, en cas d’arrêt de travail, un employé peut bénéficier d’Indemnités Journalières (IJ) de la part de la sécurité sociale. Il peut également avoir accès à des indemnités supplémentaires grâce à un contrat de prévoyance « arrêt de travail » si son employeur lui en propose un. Chez les indépendants, cela dépend essentiellement du régime. Certains peuvent bénéficier des IJ en cas d’arrêt de travail, mais les sommes versées sont bien moins importantes que pour les salariés. D’autres en revanche ne peuvent même pas y prétendre et se retrouvent livrés à eux-même sans revenus.

 

Enfin, salariés et indépendants cotisent à des caisses de retraite, mais celle des indépendants ne permet pas de percevoir des versements suffisants une fois à la retraite. Ils doivent donc épargner eux-mêmes ou cotiser à une caisse de retraite complémentaire pour espérer obtenir des rentes plus importantes.

Des solutions pour faire des économies et réduire les inégalités

Pour les indépendants, il existe des solutions afin qu’ils puissent bénéficier d’une couverture au moins équivalente à celle des salariés :

 

  • Le contrat de prévoyance retraite : Celui-ci permet à l’indépendant de bénéficier d’une rente supplémentaire une fois à la retraite sous réserve du versement mensuel d’une prime d’assurance.

 

  • Le contrat de prévoyance arrêt de travail : Il vous protège financièrement en cas d’arrêt de travail temporaire ou non puisqu’il prend en compte l’invalidité, l’incapacité et le décès.

 

  • La Garantie Accident de la Vie (GAV) : Elle prévoit le versement d’un capital ou d’une rente pouvant atteindre 1 million d’euros en cas d’accident de la vie courante entrainant une invalidité d’au moins 5 % ou un décès.

 

Attention : Ces contrats sont considérés comme des contrats à fonds perdus. Effectivement, si les cotisations ne sont plus réglées ou que la personne assurée décède avant d’être confronté à un aléa de la vie qui déclencherait le contrat, les fonds investis sont définitivement perdus.

Bénéficier d’une fiscalité avantageuse avec la loi Madelin

Afin de réduire les inégalités existantes entre la protection sociale du régime obligatoire des salariés et celles des indépendants, l’état a mis en place la loi Madelin. Elle permet de déduire du revenu professionnel imposable, une partie des frais engagés dans la constitution d’une protection sociale.

 

Pour faire plus simple, la loi Madelin vient s’appliquer à différents contrats de prévoyance et de santé. Ces contrats sont ainsi labellisés « Madelin » et s’adressent donc directement aux indépendants. Les cotisations engendrées par ces contrats peuvent être déduite chaque année du revenu professionnel imposable. Dans la limite d’un plafond calculé sur la base du Plafond Annuel de la Sécurité Sociale (PASS), l’indépendant et son/sa conjoint(e) bénéficient alors d’une déduction d’impôt non négligeable.

 

 

Source d’information : www.bonne-assurance.com

sécuriser avenir conseils retraité

  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau